Voyage en Afrique rentière, une lecture géographique des trajectoires du développement, de Géraud Magrin

Les Publications de la Sorbonne ont publié en 2013 un ouvrage de Géraud Magrin, Voyage en Afrique rentière : une lecture géographique des trajectoires du développement (424 p.).

voyage-afrique-rentiere_couverture

Présentation en quatrième de couverture :

Ce livre n’est pas un nouveau précis d’économie sur la rente : il utilise cette notion pour étudier les trajectoires africaines de développement et sonder leurs possibilités de changement. Les rentes sont ici définies comme des flux de ressources déconnectées des activités productives. Elles reflètent l’histoire tragique de la connexion de l’Afrique au système mondial : de la traite esclavagiste aux ressources extractives, qui fondent la croyance en une « malédiction des ressources naturelles », en passant par l’aide extérieure ou les remises migratoires, les systèmes économiques rentiers scellent les relations asymétriques entre territoires africains et acteurs extérieurs autant que le divorce entre intérêt des élites et populations. Enracinés dans l’histoire, ils se sont étoffés et diversifiés depuis la fin du XXe siècle, au point d’apparaître comme un fait de structure, le noeud gordien du sous-développement. La géographie des rentes est une géographie politique.

Par ce « voyage » à travers des situations rentières aux implications différentes, qui conduit le lecteur le plus souvent en Afrique de l’Ouest et du centre, l’auteur interroge les espaces de bifurcation associés à une double révolution, où réside l’essentiel du potentiel d’émergence africain. La première est démographique et urbaine, liée à l’explosion de la population et des villes, qui crée des conditions favorables à l’essor de marchés intérieurs. La seconde est politico-économique ; elle tient à la négociation progressive de nouvelles conditions de production et d’investissement des rentes, notamment extractives. Sa valorisation suppose l’invention de modèles de gouvernance plus efficaces et démocratiques.

 

La table des matières avec le plan détaillé de l’ouvrage est disponible ici.

Le livre a fait l’objet d’une note de lecture de Catherine Fournet-Guérin dans L’Espace Politique mise en ligne le 27 janvier 2014 et disponible sur le site de la revue.

« Natural Resources » sur Taylor & Francis

Taylor & Francis propose en accès libre une série d’articles dédiés aux ressources naturelles dans différentes revues :

Journal of Environmental Planning and Management

Journal of Natural Resources Policy Research

Biocontrol Science and Technology

Forest Science and Technology

European Journal of Phycology

Journal of Land Use Science

Diatom Research

Toxicological & Environmental Chemistry

Local Environment

Food Additives & Contaminants: Part A

Scandinavian Journal of Forest Research

Journal of Environmental Policy & Planning

 

 

Parution d’un ouvrage de Pierre Gautreau : Forestación, territorio y ambiente

Un ouvrage de Pierre Gautreau est paru récemment :

Forestación, territorio y ambiente, 25 años de silvicultura transnacional en Uruguay, Brasil y Argentina, Editiones Trilce

couverture_ouvrage-pierre-gautreau

Présentation en quatrième de couverture :

Llegaron de Estados Unidos, de España y de Escandinavia primero, del norte de Brasil y de Chile después; compraron enormes superficies de pradera en Uruguay, en la mesopotamia argentina y en Rio Grande do Sul; se presentan como pioneras de un manejo eficiente y sustentable de los recursos naturales y como modelos de una gestión productiva moderna y generosa con la mano de obra rural… Son empresas transnacionales productoras de madera y de pasta de celulosa, responsables en los últimos veinticinco años de una inédita expansión de la «forestación» en tierras de gauchos de a caballo dedicadas a ganadería extensiva hasta los años noventa. Desde los gobiernos y los lobbys agroindustriales se las presentan como prueba de que es posible atraer inversores extranjeros de gran porte sin abdicar la necesidad de controlar sus efectos territoriales y ambientales. Para otros son una de las actividades responsables de la profundización del modelo económico primario y agroexportador del Uruguay y de sus vecinos.

Con un enfoque crítico que enlaza geografía e historia, Pierre Gautreau contribuye a un debate aparentemente simple: ¿qué aprenden la sociedad y el Estado del convivir con empresas transnacionales especializadas en la extracción de recursos naturales? Mediante una paciente investigación histórica de la implantación de la silvicultura industrial en la región platina, una deconstrucción de los discursos a su favor, y gracias a un abundante e inédito material cartográfico, se describe cómo las empresas madereras fueron acumulando un gran poder territorial. Con el foco sobre Uruguay, el libro aborda la realidad del sur de Brasil y del este de Argentina, con un enfoque comparativo que permite profundizar en la comprensión de los factores que, en cada país, facilitan o frenan el control social de los cambios territoriales y ambientales.

En momentos en que Uruguay discute inéditos proyectos productivos transnacionales como la megaminería, la experiencia regional de la «forestación», por su anterioridad y duración, ofrece una inmejorable oportunidad para reflexionar acerca de los modelos de desarrollo adoptados en la América Latina de principios del siglo XXI.

Dossier « Activités extractives » dans la revue Echogéo

Un dossier thématique sur les activités extractives vient de paraitre dans le numéro 17 de la revue en ligne EchoGéo.