Appel à propositions : numéro spécial des Cahiers d’Outre-Mer

CENTRAFRIQUE/AFRIQUE CENTRALE : RESSOURCES ET CONFLITS ARMES

Depuis les années 1990, la pénurie ou l’abondance des ressources est régulièrement présentée comme le principal motif des conflits à travers le monde. Les crises environnementales, les retombées du changement climatique et l’accroissement démographique alimentent les théories néo-malthusiennes interprétant les conflits comme la conséquence du trop-plein d’hommes et de la pénurie des ressources. Pour d’autres auteurs, dans la lignée de la théorie de la « malédiction des ressources naturelles », c’est l’abondance des ressources, combinée à la cupidité généralisée des groupes armés, qui favorise l’apparition et la longue durée des conflits.

Ce numéro des Cahiers d’Outre-Mer interroge les impacts réciproques entre les ressources et les conflits armés en Centrafrique d’un point de vue politique. Ni les ressources, ni leur plus ou moins grande disponibilité ne constituent à elles seules des conditions suffisantes pour expliquer le déclenchement ou la prolongation des conflits. En tant qu’enjeux de relations de pouvoirs, les ressources, matières physiques mises en valeur par des acteurs, constituent une dimension des conflits armés, des antagonismes entre groupes sociaux utilisant des armes pour tenter de prévaloir les uns sur les autres.

Le terme de ressources doit être considéré au sens large, renvoyant à des matières naturelles mises en valeur par les hommes (terre, bois, agriculture, élevage, eau, minerai, hydrocarbure), aux biens publics et privés, aux capitaux internationaux (investissement, aides au développement et humanitaire), voire aux personnes elles-mêmes (comme force de travail, objet marital, etc.) ou à des dimensions symboliques (patrimoine, protection de la nature, etc.). Les auteurs peuvent aborder différentes formes de violences plus ou moins périphériques aux conflits (banditisme, razzias, etc.) et étendre leur analyse à l’avant et l’après-conflit. Si l’espace central d’étude est la Centrafrique, les analyses multi-scalaires et les contributions sur des dynamiques locales, régionales ou macro-régionales sont les bienvenues.

Ce numéro vise à identifier les impacts réciproques entre conflits et ressources en Centrafrique selon trois pistes de réflexion possibles :

Les ressources et la trajectoire des organisations politiques. L’extorsion des ressources par les groupes armés est-elle la conséquence de la faiblesse des organisations politiques (insuffisance de protection de la population, violence comme moyen de prélèvement en l’absence d’appareil de coercition) ? Ou bien l’extorsion par la violence est-elle un mode de gouvernement, à analyser en continuité du détournement des rentes, notamment étatiques, à des fins d’enrichissements personnels et clientélistes ? Des contributions pourront notamment se pencher sur l’impact des conflits sur la gestion des ressources dans les organisations politiques de divers niveaux (État, organisation de producteurs, groupe armé, pouvoir dit coutumier, etc.).

Les usages des ressources et les conflits. Comment les conflits pour le contrôle et les usages des ressources du sol et du sous-sol, courants en période de paix et souvent locaux, s’articulent-ils avec des antagonismes armés de plus grande ampleur entre rébellions et pouvoir central ? En quoi les ressources dites pour la paix (aides humanitaire et « post-conflit », DDR, etc.) servent-elles à résoudre les conflits ou alimentent-elles inversement la prolongation des antagonismes armés ? En quoi la répartition des ressources (concentrée/diffuse), leur nature ancrée/mobile et leurs usages influencent-ils la nature des groupes armés et la forme géographique des violences ?

Les recompositions des ressources dans les conflits. Quelles sont les recompositions engendrées par les conflits sur les espaces de production, transformation, circulation, conservation, consommation des ressources ? Comment les acteurs s’adaptent-ils à ces recompositions dans leurs pratiques ? En quoi ces recompositions influencent-elles les appropriations, les délimitations et les représentations des espaces politiques ?

  • Date limite de soumission :15 décembre 2015
  • Ne pas dépasser 45 000 signes tout compris
  • L’article inclut votre nom, votre institution de rattachement, vos adresses postale et électronique
  • Format de l’objet du courriel : COM, date (mois+jour), votre nom (en majuscule), le titre de l’article
  • Envoyé en .doc ou .docx
  • Toutes les propositions sont soumises en pièce-jointe d’un courriel envoyé à :

cahiers.outremer.centrafrique@gmail.com (Emmanuel Chauvin, Benoît Lallau, Géraud Magrin)

 

-Emmanuel Chauvin, géographe (Docteur, ATER), Université d’Orléans, UMR PRODIG

-Benoît Lallau, économiste (Maître de conférences HDR), Université de Lille 1, UMR CLERSE

-Géraud Magrin, géographe (Professeur des Universités), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR PRODIG

Prochain séminaire “Géographie politique des ressources” le 29 juin 2015

Le prochain séminaire du thème « Géographie politique des ressources » de l’UMR PRODIG aura lieu le lundi 29 juin 2015 à partir de 9h30, au 2 rue Valette (Paris 5ème).

Nous y recevrons Jean-Yves Weigel pour discuter de la gouvernance et des politiques publiques des aires marines et côtières protégées des pays en développement, ainsi que Nathalia Capellini, à propos des conflits autour de la construction des barrages hydroélectriques en Amazonie brésilienne pendant le régime militaire (1964-1985).

Les invités:
– Jean Yves WEIGEL, directeur de recherche IRD, membre de l’UMR PRODIG.
– Nathalia Capellini est doctorante en histoire contemporaine au CHCSC- Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Conflits, paix et ressources en Centrafrique

Dans le cadre du séminaire de l’UMR Prodig « Géographie politique des ressources », une journée d’étude consacrée à la Centrafrique se tiendra le 26 juin 2015. Organisée par Emmanuel Chauvin, Benoît Lallau et Géraud Magrin, elle vise à réunir des chercheurs de diverses disciplines autour d’une thématique : « Conflits, paix et ressources en Centrafrique ».

Cette journée aura lieu à l’UMR Prodig – 2, rue Valette 75005 Paris (3ème étage).

Programme

9h45 – 10h00 Les ressources entre conflits et paix : des théories aux pratiques
  Emmanuel Chauvin, Benoît Lallau et Géraud Magrin
10h00 – 10h45  Les ressources terrestres en Centrafrique : un tour d’horizonYves Boulvert
10h45 – 11h30 Le pastoralisme à l’épreuve de la crise centrafricaine de 2013-2014
  Julie Betabelet, Ibrahim Tidjani
11h30 – 12h15 Trajectoires collectives : que deviennent les organisations locales en temps de guerre en Centrafrique ?
  Lise Archambaud
13h30 – 14h15 L’impossible développement agricole de la République Centrafricaine ?
  Benoît Lallau, Marc Dufumier
14h15 – 15h00 Les protections mystiques en Centrafrique : dimensions économiques et culturelles
  Andrea Ceriana Mayneri
15h00 – 15h45  Les ressources de l’État au crible des violences en Centrafrique
  Emmanuel Chauvin
15h45-16h30  Discussions
 

 

Pour chaque intervention : présentation de 20 minutes suivie de 25 minutes de discussions.

Intervenants

– Lise Archambaud, économiste, Doctorante, Clersé, Université Lille 1

– Julie Betabelet, géographe, Doctorante, Prodig, Université Paris 1

– Yves Boulvert, géographe, Directeur de recherche, Académie des Sciences d’Outre-Mer

– Andrea Ceriana Mayneri, anthopologue, Docteur, Institut des mondes africains – Aix

– Emmanuel Chauvin, géographe, Doctorant (soutenance le 24/06), Prodig

– Marc Dufumier, agronome, Professeur des Universités (émérite), AgroParisTech, Prodig

– Benoît Lallau, économiste, Maître de conférences HDR, Clersé, Université Lille 1

– Géraud Magrin, géographe, Professeur des Universités, Prodig, Université Paris 1

– Ibrahim Tidjani, économiste, Doctorant, Clersé, Université Lille 1, Lersa, Université de Bangui

Annonce de séminaire « Approche relationnelle (C. Raffestin) et political ecology. Enjeux pour une géographie de l’environnement et du pouvoir » à Albi

Le 13 et 14 mai 2014 aura lieu un séminaire « Approche relationnelle (C. Raffestin) et political ecology. Enjeux pour une géographie de l’environnement et du pouvoir » sur le campus d’Albi, organisé par le laboratoire GEODE et l’axe de recherche Politiques Publiques Environnement et Sociétés du CUFR d’Albi.

Le programme et les contacts sont disponibles ici.

Conflit social autour des ressources environnementales en Bolivie

La construction de la route qui devait traverser le parc naturel Isiboro Secure (Tipnis) a été suspendue par Evo Morales après plus d’un mois de manifestations populaires. Le 24 octobre 2011 une loi garantissant le caractère « intangible » du parc a été votée, ce qui empêche la construction de la route. Les indigènes du Tipnis ont donc garanti la protection de leur terres communautaires. Toutefois le débat reste vif en Bolivie. Au delà de la route du Tipnis, deux questions ont été soulevées : celle du modèle de développement (développementiste ou respectueux de l’environnement) ; et celle de la propriété des ressources environnementales (à l’Etat ou aux populations indigènes).

Pour en savoir plus, consultez un article d’Echogéo sur la question : Le conflit du Tipnis et la Bolivie d’Evo Morales face à ses contradictions : analyse d’un conflit socio-environnemental

Laetitia Perrier Brusle

Géographe Maitre de conférences Université de Lorraine En délégation IRD - Bolivie

More Posts