Appel à propositions : numéro spécial des Cahiers d’Outre-Mer

CENTRAFRIQUE/AFRIQUE CENTRALE : RESSOURCES ET CONFLITS ARMES

Depuis les années 1990, la pénurie ou l’abondance des ressources est régulièrement présentée comme le principal motif des conflits à travers le monde. Les crises environnementales, les retombées du changement climatique et l’accroissement démographique alimentent les théories néo-malthusiennes interprétant les conflits comme la conséquence du trop-plein d’hommes et de la pénurie des ressources. Pour d’autres auteurs, dans la lignée de la théorie de la « malédiction des ressources naturelles », c’est l’abondance des ressources, combinée à la cupidité généralisée des groupes armés, qui favorise l’apparition et la longue durée des conflits.

Ce numéro des Cahiers d’Outre-Mer interroge les impacts réciproques entre les ressources et les conflits armés en Centrafrique d’un point de vue politique. Ni les ressources, ni leur plus ou moins grande disponibilité ne constituent à elles seules des conditions suffisantes pour expliquer le déclenchement ou la prolongation des conflits. En tant qu’enjeux de relations de pouvoirs, les ressources, matières physiques mises en valeur par des acteurs, constituent une dimension des conflits armés, des antagonismes entre groupes sociaux utilisant des armes pour tenter de prévaloir les uns sur les autres.

Le terme de ressources doit être considéré au sens large, renvoyant à des matières naturelles mises en valeur par les hommes (terre, bois, agriculture, élevage, eau, minerai, hydrocarbure), aux biens publics et privés, aux capitaux internationaux (investissement, aides au développement et humanitaire), voire aux personnes elles-mêmes (comme force de travail, objet marital, etc.) ou à des dimensions symboliques (patrimoine, protection de la nature, etc.). Les auteurs peuvent aborder différentes formes de violences plus ou moins périphériques aux conflits (banditisme, razzias, etc.) et étendre leur analyse à l’avant et l’après-conflit. Si l’espace central d’étude est la Centrafrique, les analyses multi-scalaires et les contributions sur des dynamiques locales, régionales ou macro-régionales sont les bienvenues.

Ce numéro vise à identifier les impacts réciproques entre conflits et ressources en Centrafrique selon trois pistes de réflexion possibles :

Les ressources et la trajectoire des organisations politiques. L’extorsion des ressources par les groupes armés est-elle la conséquence de la faiblesse des organisations politiques (insuffisance de protection de la population, violence comme moyen de prélèvement en l’absence d’appareil de coercition) ? Ou bien l’extorsion par la violence est-elle un mode de gouvernement, à analyser en continuité du détournement des rentes, notamment étatiques, à des fins d’enrichissements personnels et clientélistes ? Des contributions pourront notamment se pencher sur l’impact des conflits sur la gestion des ressources dans les organisations politiques de divers niveaux (État, organisation de producteurs, groupe armé, pouvoir dit coutumier, etc.).

Les usages des ressources et les conflits. Comment les conflits pour le contrôle et les usages des ressources du sol et du sous-sol, courants en période de paix et souvent locaux, s’articulent-ils avec des antagonismes armés de plus grande ampleur entre rébellions et pouvoir central ? En quoi les ressources dites pour la paix (aides humanitaire et « post-conflit », DDR, etc.) servent-elles à résoudre les conflits ou alimentent-elles inversement la prolongation des antagonismes armés ? En quoi la répartition des ressources (concentrée/diffuse), leur nature ancrée/mobile et leurs usages influencent-ils la nature des groupes armés et la forme géographique des violences ?

Les recompositions des ressources dans les conflits. Quelles sont les recompositions engendrées par les conflits sur les espaces de production, transformation, circulation, conservation, consommation des ressources ? Comment les acteurs s’adaptent-ils à ces recompositions dans leurs pratiques ? En quoi ces recompositions influencent-elles les appropriations, les délimitations et les représentations des espaces politiques ?

  • Date limite de soumission :15 décembre 2015
  • Ne pas dépasser 45 000 signes tout compris
  • L’article inclut votre nom, votre institution de rattachement, vos adresses postale et électronique
  • Format de l’objet du courriel : COM, date (mois+jour), votre nom (en majuscule), le titre de l’article
  • Envoyé en .doc ou .docx
  • Toutes les propositions sont soumises en pièce-jointe d’un courriel envoyé à :

cahiers.outremer.centrafrique@gmail.com (Emmanuel Chauvin, Benoît Lallau, Géraud Magrin)

 

-Emmanuel Chauvin, géographe (Docteur, ATER), Université d’Orléans, UMR PRODIG

-Benoît Lallau, économiste (Maître de conférences HDR), Université de Lille 1, UMR CLERSE

-Géraud Magrin, géographe (Professeur des Universités), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR PRODIG

Ressources mondialisées. Essais de géographie politique.

Ressources mondialisees couvertureLe livre issue du séminaire ressources vient de paraitre aux Publications de la Sorbonne.

Argumentaire

La société 2.0 qui fait l’air du temps mondialisé ne se réduit pas à l’information numérique et aux flux immatériels. Elle se fonde sur la mobilisation d’énergies et de matières éminemment tangibles :hydrocarbures et minerais, eau, terres, biodiversité. Enrôlées dans la grande circulation mondiale du marché ou, au contraire préservées au nom de leurs valeurs environnementales et patrimoniales, les ressources de la nature sont au cœur des enjeux sociaux et politiques du monde contemporain.
Cet ouvrage vise à rendre plus intelligibles ces ressources et les rapports de pouvoir qu’elles induisent, en les appréhendant comme des constructions sociales. La géographie politique et la géographie critique de l’environnement, ici croisées, montrent comment les sociétés mettent en valeur ces matières physiques, mais aussi comment des éléments plus immatériels – discours sur la nature, les paysages, le patrimoine, ou encore l’aide humanitaire – contribuent à la production de ressources.
Les ressources ici étudiées éclairent la rencontre de logiques locales et d’enjeux relevant d’autres niveaux – qu’ils soient nationaux, régionaux et, très souvent, mondiaux. Un chapitre introductif balise cet itinéraire en douze essais, nourris de données de terrain variées, portant tous sur des sujets d’actualité. Trois axes de réflexion, autour des formes spatiales, de la disponibilité (pénurie ou abondance) et des régulations environnementales des ressources rendent possibles des comparaisons entre les cas d’étude, situés en Europe, en Russie, en Amérique latine et en Afrique.

Avec des contributions de : David Blanchon, Vincent Bos, Emmanuel Chauvin, Mouhamadou Lamine Diallo, Cécile Faliès, Pierre Gautreau, Sophie Hou, Émilie Lavie, Anaïs Marshall, Agathe Maupin, Géraud Magrin, Angélique Palle, Laetitia Perrier Bruslé, Sabine Planel et Marie Redon.

Références bibliographiques complètes :

Redon M, Magrin G, Chauvin E., Perrier Bruslé L et Lavie E (editeurs) 2015. Ressources mondialisées. Essais de géographie politique. 2015, Paris:Publications de la Sorbonne

Site de l’éditeur pour commande

Télécharger le bon de commande et la table des matières

 

 

Laetitia Perrier Brusle

Géographe Maitre de conférences Université de Lorraine En délégation IRD - Bolivie

More Posts

Prochain séminaire “Géographie politique des ressources” le 29 juin 2015

Le prochain séminaire du thème « Géographie politique des ressources » de l’UMR PRODIG aura lieu le lundi 29 juin 2015 à partir de 9h30, au 2 rue Valette (Paris 5ème).

Nous y recevrons Jean-Yves Weigel pour discuter de la gouvernance et des politiques publiques des aires marines et côtières protégées des pays en développement, ainsi que Nathalia Capellini, à propos des conflits autour de la construction des barrages hydroélectriques en Amazonie brésilienne pendant le régime militaire (1964-1985).

Les invités:
– Jean Yves WEIGEL, directeur de recherche IRD, membre de l’UMR PRODIG.
– Nathalia Capellini est doctorante en histoire contemporaine au CHCSC- Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Prochain séminaire « Géographie politique des ressources » le 7 juillet 2014

La prochaine réunion du thème 3 « Géographie politique des ressources » de l’UMR PRODIG aura lieu le 7 juillet 2014 à 9h30 au 2 rue Valette, Paris 5e.

Le programme sera le suivant :

– une présentation de Christine Raimond sur les dimensions politiques de la gestion de l’agro-biodiversité (à partir de ses terrains africains).
– une présentation conjointe de Julie Betabelet et Aurélien Reys, doctorants à PRODIG, sur les enjeux de la régulation des activités d’extraction de minerais précieux en Centrafrique et au Brésil.
– une brève présentation/discussion des actions à mener au sein de PRODIG dans le cadre du projet ReMinEr (LES RESSOURCES MINERALES POUR L’ENERGIE RENOUVELABLE, sous financement CNRS, « Défi Transition énergétique : ressources, société, environnement » ), dont la réunion de lancement a eu lieu à Grenoble le 17 avril dernier.

Ressources

En tant que groupe de chercheurs de diverses disciplines, nous sommes partis avec l’idée de centrer notre réflexion collective sur les ressources minières du local au global. Cependant, les thèmes de recherche de chacun des participants nous ont conduits à élargir notre approche de la ressource à d’autres objets : environnement, drogue etc. Ce qui n’a pas été sans intérêt car d’une étude sur la géographie des ressources minières, nous avons pu ouvrir l’analyse sur la question de la définition même de la ressource.

Le carnet rendra compte des activités du groupe et permettra en interne comme en externe de garder une trace des différents exposés qui ont été proposés. Il ira aussi dans le sens d’une politique d’ouverture de notre séminaire à d’autres membres