Réseaux énergétiques, ressources et pouvoir

Présentation lors du séminaire du 3 avril 2014 par Sophie Hou, Annaig Oiry, Angélique Palle

 

Introduction

Eléments de définition

Réseau

La définition du dictionnaire (Le Robert) citée par Gabriel Dupuy (1987) est la suivante : l’« ensemble des lignes, des voies de communication, des conducteurs électriques, des canalisations etc. qui desservent une même unité géographique, dépendent de la même compagnie ». Cette définition est incomplète, elle correspond au « réseau technique », qui se double d’un « réseau territorial » : l’accent est alors mis sur l’organisation évolutive qui permet la desserte d’une « unité géographique » humaine. Pour étudier les réseaux, il faut donc tenir compte de cette double dimension, technique et territoriale.

Les réseaux se caractérisent par leur connectivité, leur connexité, leur hiérarchie, leurs capacités de transport, leurs tarifs, les autorités qui en ont la charge. Ces différents critères peuvent être utilisés pour les caractériser. L’une des questions majeures est celle de l’accessibilité (par quoi est-elle conditionnée ?).

Ressource

Une notion dynamique, la ressource n’est pas un donné, mais le produit d’une action, d’une mise en ressource. Ce qui suggère la notion de pouvoir.

Levy et Lussault : « réalité entrant dans un processus de production et incorporé dans le résultat final de cette production ».

Il ne faut pas confondre ressource et richesse. La richesse est la ressource mise en valeur. La ressource est une richesse potentielle ; elle est toujours relative : elle n’existe comme ressource que si elle est connue, révélée, si on peut l’exploiter (Brunet). Importance de la socialisation de la ressource.

Pouvoir

Difficile à appréhender et à définir de façon précise. Plusieurs sens : d’après le Trésor de la Langue française :

A) Capacité naturelle (qualités inhérentes au sujet de l’action) et possibilité matérielle (dépendant de certaines conditions) d’accomplir une action. Synonyme : aptitude, faculté, possibilité.

B) Capacité de produire un effet, possibilité d’action sur quelqu’un ou sur quelque chose. Synonyme : ascendant, autorité, empire, influence. C’est la définition qui va le plus nous intéresser ici.

C) Droit, autorisation de faire quelque chose.

Parmi les auteurs qui ont inclus explicitement le pouvoir dans leur réflexion, Claude Raffestin. Il souligne le fait que le mot pouvoir est « rebelle à toute définition ». Il se re-présente mal car consiste en acteur, en décisions (Lefebvre). Le pouvoir est partie prenante dans toute relation et se manifeste à l’occasion de la relation, processus d’échange ou de communication, lorsque, dans le rapport qui s’établit, se font face ou s’affrontent deux pôles. Induit des moyens, une « combinaison variable d’énergie et d’information », et « vise le contrôle et la domination des hommes et des choses ».

Dans notre présentation, le pouvoir sera surtout appréhendé à partir des acteurs, des rapports de force entre eux ainsi que des moyens par lesquels ils peuvent agir.

 

Articulation entre les trois notions

Les ressources et réseaux qui nous intéressent en premier lieu sont les ressources et réseaux énergétiques.

Leur étude induit automatiquement de réfléchir à l’idée de pouvoir(s) car les ressources en question possèdent une dimension stratégique. De plus, la ressource étant l’objet d’une mise en ressource, elle implique une action, un acte de pouvoir. Il faut ajouter à cela que le service rendu par les réseaux étudiés est considéré comme un service de première nécessité (accès à l’électricité, au gaz) pour l’ensemble de la population, ce qui rend l’intervention de la puissance publique  incontournable. Cet accès à l’énergie est le pilier sur lequel repose le mode de vie européen, voire même mondial, d’autant que l’accessibilité à l’électricité et au gaz, souvent considérée comme un donné, n’est pas une évidence. L’énergie est quasiment devenue un enjeu civilisationnel.

Objectif de la présentation : explorer plus en avant l’articulation entre réseaux énergétiques, ressource et pouvoir.

 

Limites géographiques

– Notre exposé parlera surtout des réseaux européens et russes.

– Ces bornes spatiales ont leur importance : cf ce que dit Sylvy Jaglin sur les conditions historiques et politiques différentes d’émergence des réseaux en Europe et en Afrique (en Europe : « réseaux conventionnels » c’est-à-dire ensembles d’équipements interconnectés, planifiés et gérés de manière centralisée par un opérateur unique, offrant un service homogène sur un territoire donné qu’il contribue à solidariser (Maria, 2007 ; Coutard, 2010). Pour S. Jaglin ces réseaux conventionnels sont des systèmes socio-techniques enchâssés dans leur environnement spatio-temporel. Il y a une inadaptation de ces réseaux aux villes africaines.

-En Europe, la phase d’expansion des réseaux est indissociable de l’Etat-Providence et de la modernité des sociétés industrielles du 20ème siècle.

En Russie, le développement des réseaux s’est également opéré au XXe siècle, dans le contexte de l’Union soviétique, également avec un lien fort avec l’Etat.

D’emblée on observe un lien très fort entre l’émergence des techniques liées au réseau et le système politique.

 

Réseaux énergétiques

– Le choix a été fait de se focaliser sur les réseaux énergétiques.

– On tentera d’esquisser une mise en parallèle des réseaux énergétiques avec les autres types de réseaux.

 

Limites disciplinaires / cadrage de la question

Les réseaux sont abordés par de nombreuses disciplines car ils correspondent à des réalités physiques, fonctionnelles, organisationnelles et sociales et sollicitent donc la géographie, mais aussi la sociologie, l’économie, l’urbanisme, la physique, les mathématiques. Dans notre exposé, on va surtout rester dans le cadre de la géographie (même si ouvertures vers d’autres disciplines).

 

Cadrage sur les approches :

Approche économique des réseaux : réflexion autour d’industries de réseau et de la notion d’effet de réseau. Le modèle de Katz et Shapiro (1985) “Network Externalities, Competition and Compatibility », puis les travaux d’Economides (1989, 1991, 1996) ou Liebowitz et Margolis (1990, 1994, 1995, 1998). Les économistes différencient morphologiquement les couches basses (infrastructures), médiane (services de contrôle) et haute (service final rendu) des réseaux. L’une de leur préoccupation principale fondée sur l’idée que le réseau c’est le marché (notion d’intermédiation économique) est d’optimiser le nombre d’acteurs possédant ou opérant le réseau (théorie des monopoles naturels initiée par John Stuart Mill ou développée par Léon Walras dans les pays francophones).

Approche mathématique : la théorie des graphes

A l’origine théorie mathématique qui est aujourd’hui utilisée aussi bien dans les sciences de l’univers et du vivant qu’en sciences sociales. Modélisation des réseaux, traduction des problèmes en langage mathématique. Utilisation d’indices de connectivité pour caractériser et comparer les réseaux. (Cette approche se développe pour analyser des réseaux très divers, physiques ou sociaux ; ce n’est pas la nôtre).

Approche par la technique pour comprendre des enjeux politiques :

=> Visions d’historiens : Networks of Power de Hughes : trois types de liens entre réseaux et politique (réseau de distribution urbain) ; Mitchell et son ouvrage Carbon Democracy, exposé de Mathieu Arnoux lors de l’Ecole Energies et Recherches 2014 sur les liens entre technique et politique. Ces travaux mettent en évidence l’influence de la technique sur la sphère du social et du politique.

=> En géographie :

  • Approche de Gabriel Dupuy qui s’appuie sur les travaux de Claude Raffestin

Gabriel Dupuy distingue le réseau territorial du réseau technique, c’est-à-dire le réseau tel qu’il pourrait être, connectant entre eux tous les consommateurs potentiels (réseau territorial), et le réseau tel qu’il est (réseau technique). Ce dernier traduit un compromis entre dimensions politiques, sociales et économiques. Le choix final reflète une volonté.

  • Les réseaux et la façon dont ils délimitent un territoire, dont ils quadrillent l’espace.

Sylvy Jaglin, Eric Verdeil : le réseau technique n’est pas uniquement technique. Sous couvert de choix techniques, choix politiques forts sont opérés. Cas des ressources en eau, de l’électricité. Technicité apparaît comme un prétexte pour les acteurs. Donc réseau : moyen d’exercer un contrôle sur les ressources et sur les espaces. Réseau traduit des stratégies de pouvoir.

 

Partie 1. L’articulation entre réseau et ressource ou comment le réseau peut lui-même fonctionner comme une ressource

– Réseau et ressource sont-ils indissociables ?

– Une précision : Dans le cas du réseau d’électricité comme du réseau gazier : on a ce que Paul Claval appelle un « réseau de transport pur », c’est-à-dire un réseau qui n’assure le transport que d’un seul produit, un réseau hautement technique. (On n’est pas dans le cas d’un réseau de communication comme un réseau routier ou ferroviaire). Le réseau est donc lié à une ressource en particulier. Il y a une dépendance entre les deux.

– La majorité des réseaux techniques sont des réseaux de transport de la ressource (information, gaz, eau etc.). L’accessibilité à la ressource via le réseau constitue alors l’une des problématiques premières et primordiales de la construction et de la gestion d’un tel réseau qui se définit comme support et vecteur d’accessibilité.

-La situation est différente dans le cas des réseaux d’électricité. L’électricité n’existant que sous forme de flux et l’état des techniques actuelles ne permettant pas de la stocker à petite échelle, elle est inexistante en dehors du réseau. Dans ce cas le réseau et la ressource sont indissociables : d’une certaine manière le réseau constitue la ressource.

– L’adéquation entre réseau et ressource peut être discutée à partir des cas différents : ici, on compare le cas des réseaux d’électricité et de gaz.

 

Points communs et différences dans l’approche ressource-réseaux pour l’électricité et pour le gaz naturel :

 

tableau_RRP

Remarque : dans le cas du pétrole, on observe aussi un lien fort entre réseau et ressource, mais un peu moins essentiel que pour l’électricité ou le gaz dans la mesure où le pétrole est extrait à l’état liquide et est plus facilement transportable (possibilité de le transporter par voie ferrée…)

Ceci induit des conséquences en termes de pouvoir. Le pouvoir peut s’exercer sur la ressource par le biais du réseau plutôt que par celui de la ressource et vice-versa. On peut aussi se demander si ce sont les mêmes acteurs qui contrôlent les ressources et les réseaux, quels sont leurs rapports.

Cette notion de pouvoir liée aux réseaux est beaucoup étudiée par les économistes à travers la question du bien-fondé des monopoles naturels, il s’agit pour eux de trouver le point d’équilibre entre économies d’échelles et « pouvoir de marche » qui fausse la concurrence pure et parfaite. On voit bien là apparaître des relations de pouvoir directement induites par les caractéristiques de ces réseaux-ressources.

 

Partie 2. Le couple réseau / ressource analysé au travers d’une grille de lecture en terme de pouvoir

– Cette réflexion possède deux dimensions : le pouvoir possède une influence sur la constitution et le fonctionnement des réseaux énergétiques ; à l’inverse les systèmes techniques et ici énergétiques influencent le politique

– Le contrôle du réseau représente un enjeu géopolitique important.

 

Les différents niveaux de pouvoir liés aux réseaux

Comme on l’a évoqué précédemment (cf. tableau), on peut analyser les réseaux selon plusieurs niveaux de pouvoir :

– Un premier niveau de pouvoir technique, qui se situe dans une échelle de temps très courte : la stabilité du réseau à chaque instant, avec des arbitrages et des interactions entre les différents pays européens sur lequel le politique n’a quasiment aucune prise.

-Le deuxième niveau de pouvoir est celui des entreprises gestionnaires de ces réseaux qui en assurent la maintenance et le bon fonctionnement. Elles sont actuellement dans une dynamique d’intégration des réseaux qui apporte des économies d’échelles intéressantes mais nécessite dans le même temps une gestion plus centralisée et plus globale des différents réseaux interconnectés. Ces entreprises qui comptent parmi les derniers monopoles tolérés par l’UE ont des échelles de réflexion à 10 ans, 20 ans et 50 ans c’est-à-dire beaucoup plus longues que le temps du politique.

-Le troisième niveau de pouvoir est donc politique. Les réseaux deviennent de véritables enjeux électoraux. L’interaction de ces trois niveaux de pouvoir, technique économique et politique est particulièrement intéressante à développer pour l’électricité. Il me semble qu’elle s’applique peut être un peu moins au gaz.

 

Le contrôle des réseaux par le pouvoir politique

-Le réseau peut être un moyen pour l’État d’exercer un contrôle (cf. le caractère stratégique du gaz naturel pour la Russie : le réseau est contrôlé par l’État via la compagnie publique Gazprom, on observe la même chose pour le pétrole : contrairement au secteur du gaz, le secteur du pétrole a été privatisé et il existe plusieurs producteurs privés russes, cependant Transneft, compagnie 100% publique, détient le monopole du transport et de l’exportation.)

-On peut mettre en lien les évolutions économiques et politiques et les transformations des réseaux. Cf. les grandes évolutions doctrinales : remise en cause de la gestion publique centralisée des réseaux dans les années 1990 en Europe avec les réformes néolibérales. Renforcement de l’indépendance des GRT (gestionnaires des réseaux de transports).

 

Les réseaux techniques et énergétiques influencent le politique et créent des enjeux de pouvoir.

– Pour ce qui est de l’électricité : le réseau électrique présente, du fait de ses caractéristiques techniques, plusieurs particularités qui impliquent un mode de gestion particulier. Il s’agit d’un réseau homogène : il est impossible de prévoir quel chemin empruntera l’électricité entre un point d’injection et un point de soutirage. Les flux commerciaux et les flux techniques sont donc partiellement dissociés. Un événement à un point du réseau pouvant avoir des conséquences à l’autre bout de celui-ci. La composante temporelle est également importante, la stabilité de la fréquence du réseau doit être maintenue Cela a un impact sur les enjeux de pouvoir liés au réseau : c’est l’ensemble de celui-ci qu’il s’agit de maintenir en bon état de marche car une ligne en mauvais état met en danger la stabilité de l’ensemble.

-Les acteurs s’occupant des réseaux (RTE et autres) mettent en œuvre des stratégies pour le contrôle de ces réseaux

-Les réseaux peuvent apparaître comme relevant du domaine du politique avant d’être une question de gestion des flux énergétiques (cas du nucléaire).

 

Les enjeux de pouvoir liés au réseau ont aussi une influence sur l’évolution de la ressource

Comme le montre l’exemple des projets de développement des réseaux gaziers en Russie, la réflexion sur le réseau est une réflexion sur l’utilisation de la ressource :

– la réorientation des ressources à la fois vers les pays d’Asie-Pacifique et vers le marché domestique russe (nouvelle destination et nouvel usage des ressources)

– la mise en valeur de gisements orientaux jusqu’ici non exploités  (nouvelles ressources)

– l’affirmation du contrôle de l’Etat russe sur ces gisements et sur les exportations via Gazprom (contrôle sur les ressources)

– l’utilisation de la ressource comme outil de développement économique (obtention d’une énergie plus efficace et meilleur marché) et social (amélioration des conditions de vie des habitants).

 

On observe ainsi des liens étroits entre le technique et le politique. Ces liens sont mis en évidence par l’ouvrage de Mitchell, Carbon Democracy, Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, 2013. Mitchell lie l’industrie du charbon avec l’émergence des démocraties de masse, tandis que le pétrole (exigeant une main-d’œuvre réduite avec de faibles possibilités de mouvements de grève de grande ampleur) serait à l’origine, à l’inverse, d’une fragilisation de la démocratie.

 

Partie 3. Le réseau comme outil d’intégration politique et de développement territorial ? 

Le réseau comme outil d’intégration politique

-Le réseau apparaît également comme un outil d’intégration politique et territoriale et un moyen de parvenir progressivement, sinon à une unification du marché du gaz, du moins à un système unique de fixation des tarifs. On peut s’interroger sur la capacité des réseaux à impulser des recompositions, à jouer un rôle de catalyseur de l’organisation spatiale (Jaglin et Steck, Sébastien Velut).

Dans le cas russe, le réseau est très clairement présenté comme un instrument de développement régional, il y a l’expression d’une volonté d’intégration qui n’est pas sans faire écho aux conceptions soviétiques de l’espace. Cf. le grand projet d’électrification de l’URSS dans les années 1920 et la célèbre formule de Lénine : « Le communisme, c’est les soviets plus l’électrification du pays tout entier. »

 

– L’intégration européenne se joue aussi par une intégration approfondie par les normes techniques : vers une “diplomatie de l’énergie”.

-On peut évoquer toutefois la question de la cohabitation parfois houleuses des logiques privées et publiques qui brouille les cartes. Cette question se retrouve également à l’échelle européenne parce que les ingénieurs qui intègrent le réseau physiquement avec un pouvoir technique et les politiques qui ont la main sur une partie de la régulation ne communiquent pas. Or il y a pourtant une forte interdépendance et cela pose problème quand des décisions sont prises sans réelle connaissance des implications techniques par le politique(cas de la sortie du nucléaire allemande).

 

La nature conflictuelle du réseau : conflits et enjeux de pouvoir autour des réseaux énergétiques.

-Le réseau fonctionne parfois au contraire comme un outil de désintégration politique ?

On peut s’interroger sur les échelles de l’intégration souhaitée et de la désintégration suscitée par le réseau. Dans un certain nombre de cas, les acteurs en charge du réseau cherche à le développer en prenant en compte sa totalité, son fonctionnement global, tandis que les contestations qui s’élèvent en réaction contre le déploiement du réseau ne correspondent pas à la même échelle spatiale, ce qui pose la question de l’articulation des échelles, des différents éléments du réseau, de l’articulation également du réseau et du territoire. Attention cependant car il peut être caricatural de dire que les acteurs gestionnaires réfléchissent à une échelle globale et que les contestations (de type NIMBY) ont lieu à une échelle locale (sorte d’expression d’un égoïsme local). Dans le cas du nucléaire, c’est bien une opposition qui se pense aussi à une échelle globale et la contestation porte aussi sur la remise en question du système politique national. En fait, c’est une question de territoires de référence et d’intérêts divergents. Question fondamentale : quelle est l’échelle « optimale » pour le fonctionnement et la gestion des réseaux ?

 

-Il peut surgir de fortes contestations locales liées à l’implantation des réseaux (contestation autour des lignes THT par exemple). Les réseaux posent ici des questions de fonctionnement de la démocratie locale.

-La forme physique du réseau se prête aussi à la contestation. Cf. les actions anti-nucléaires sur les lignes de transports des déchets à Valognes : plutôt que de s’attaquer aux centrales nucléaires normandes ou à l’usine de retraitement de La Hague, il est plus « facile » de s’attaquer au réseau, car sa structure en ligne est plus difficilement contrôlable par les forces de l’ordre : dispersion de l’action. S’attaquer au réseau dans ce cas, c’est aussi contester l’idée de la circulation européenne des matières radioactives. Il existe en effet un maillage de l’espace par la circulation des déchets nucléaires.

Les conflits se cristallisent ici à plusieurs échelles :

-conflit sur la ressource nucléaire. Le nucléaire perçu comme une source de risques pour les militants (références à Tchernobyl, Fukushima, etc.).

-conflit sur le réseau : intervention à la fois de questions environnementales (impact sur le paysage, la santé, le patrimoine immobilier qui pourrait être dévalué) et de questions politiques (pour les élus politiques locaux : enjeux de contrôle du territoire, sentiment de déprise face aux enjeux techniques)

-conflit sur le couple réseau-ressource. La circulation des déchets et le stockage des résidus de l’industrie nucléaire dans des lieux distincts de ceux de leur production peut conduire à brouiller l’emprise spatiale du risque. Cette circulation des déchets conduit à une méconnaissance généralisée du risque associé aux déchets nucléaires (impossibilité de localiser précisément le risque).

-On peut ici faire l’hypothèse d’un glissement d’échelle, du local (celui de territoire de production ou de stockage des déchets) au national (dissémination des déchets dans l’espace national). En parallèle, les pratiques d’opposition au stockage des déchets deviennent elles-mêmes nationales (réseaux de militants anti-nucléaires se pensent à l’échelle nationale, même s’il y a des antennes et des actions purement locales).

Autre exemple : le réseau gazier en Russie

=> Conflit sur la ressource : des conflits sur les droits d’exploitation de la ressource empêche le développement du réseau. Rapport de force entre les acteurs représentant l’Etat fédéral, Gazprom, une compagnie étrangère, les acteurs régionaux.

=> Conflit sur le réseau : questions environnementales, notamment le problème du contournement du lac Baïkal.

=> Conflit sur le réseau-ressource : tensions entre Gazprom détenteur du réseau et les autres utilisateurs qui voudraient y avoir accès plus facilement.

 

Conclusion et perspectives

Quelques éléments de conclusion

– Le réseau énergétique apparaît comme un prolongement et une matérialisation de la ressource.

– Dans cette question d’articulation entre les réseaux, les ressources et des pratiques de pouvoir multiples, apparaît un fort brouillage / enchevêtrement des échelles spatiales et des niveaux de pouvoir qui sont associés. Les échelles spatiales (le réseau forme un tout et dépasse la notion d’échelle mais elle réémerge notamment lors des conflits) et temporelles (plusieurs phases distinctes : ressource latente, mise en ressource, réseau en expansion, ayant atteint une certaine maturité…) sont à prendre en compte.

-Un rapport technique/politique riche en enseignements. Les enjeux techniques sont aussi des enjeux politiques et vis versa, notamment dans un contexte de hausse généralisée des prix de l’énergie. Jacques Ellul s’interroge sur les illusions de l’homme politique par rapport à la technique : l’homme politique croit prendre des décisions politiques toujours efficaces, alors qu’il est de plus en plus impuissant et dépassé par les appareils techniques… On peut lancer le débat sur ces rapports politique / technique : y a-t-il soumission du politique aux enjeux techniques ? Ce qui se pose ici, c’est aussi plus largement la question de la neutralité de la technique…

 

Ouverture de pistes de réflexion

– Le pouvoir, à la fois un élément clé dans la mesure où de multiples acteurs interviennent selon différentes modalités et une notion difficile à appréhender. Comment se saisir de cette notion ? Comment mieux la délimiter ? C’est précisément cette notion de pouvoir qu’on a parfois eu du mal à appréhender dans toute sa complexité et sa globalité. Quelle serait la définition pertinente de la notion de pouvoir pour l’appliquer à la problématique des réseaux ?

-Ouverture de la réflexion vers d’autres réseaux ? Dans quelle mesure les constats dressés sont-ils valables dans d’autres cas de figure ? Peut-être ici esquisser une amorce de parallèle avec les réseaux informatiques et tout ce qui tourne autour de la cybernétique (science du contrôle et de la communication) : toute-puissance des réseaux informatiques, qui fonctionnent de plus en plus comme une vaste entreprise d’ingénierie sociale (Ellul, Levfebvre, Habermas, Lafontaine, etc.).

 

Discussion

Questions et remarques lancées par : Géraud Magrin, Pierre Gautreau, Marie Redon, Emilie Lavie, Emmanuel Grégoire, Christine Raimond, Emmanuel Chauvin, Julie Betabelet, Aurélien Reys

 

– Sur le rapport technique/politique (Pierre Gautreau) : Dans quelle mesure cette distinction n’est-elle pas artificielle ? Dans le domaine énergétique, le politique semble avoir un poids prédominant dans les décisions, notamment pour des pays comme la Russie.

 

Pour la Russie, il est vrai qu’il est difficile de dissocier les aspects techniques des considérations politiques. Il y aura toujours une prise en compte de la dimension politique dans les projets de développement des réseaux d’hydrocarbures. Cependant, les aspects techniques peuvent remettre en cause certaines ambitieux, nécessiter une réadaptation des projets.

Dans le cas de l’Union Européenne, le choix fait par l’Allemagne d’abandonner le nucléaire, a des conséquences importantes sur les réseaux de ses voisins, notamment tchèques et polonais. Ceux-ci ne sont pas adaptés à l’accroissement des flux. Il est question de mettre des interrupteurs aux frontières, car les réseaux sont saturés.

 

– Peut-on construire des réseaux énergétiques qui traversent les étendues d’eau ? Les mers, les océans ? Serait-il concevable de construire des réseaux entre les continents ? (Aurélien Reys)

 

Il est possible de construire des réseaux sous l’eau et il en existe d’ores et déjà (le gazoduc Nord Stream par exemple). Plutôt que de construire des infrastructures sous-marines, on peut recourir au transport maritime, en transportant le gaz par méthaniers à l’état liquide (Gaz naturel liquéfié). C’est une question de seuil de rentabilité entre les deux techniques.

 

– Le pouvoir a ici été beaucoup abordé selon une approche macro. Mais il existe des relations à l’échelle micro (Christine Raymond). On peut prendre en compte l’îlot, l’espace urbain. On peut s’intéresser aux perceptions du réseau-ressource par les groupes sociaux…

 

Le réseau est surtout pensé à échelle macro dans le cadre de l’Union Européenne. Ce sont des logiques macro qui dominent à l’échelle de l’Europe mais elles sont complétées par des logiques très locales, qui prônent par exemple le recours à des Smart grids.

 

– Il manque à l’exposé une dimension de contextualisation, à la fois historique et géographique (Géraud Magrin). On peut rappeler les grands débats dans les années 1930 sur l’électrification de la France, Europe. Actuellement, en Europe, on se situe dans un nouveau contexte, celui de la transition énergétique.

 

Sur les représentations en Europe : existe-t-il des débats ? Et à quelles échelles, sur quels sujets, avec quels participants ? Existe-t-il des collectifs militants à l’échelle de l’Europe ?

 

Greenpeace a conçu un plan d’investissement concurrent à celui de l’UE, mais en prenant en compte uniquement les logiques environnementales, pas la sécurité d’approvisionnement.

Il existe des débats à l’échelle locale, des coopératives, comme énergie partagée. Discours d’autonomie énergétique se développent dans les îles (Bretagne). En France, la forme de la coopérative est encore peu développée alors qu’elle l’est beaucoup plus en Allemagne.

L’environnement suscite des débats importants. D’un côté, la connexion du réseau européen, avec l’intégration du renouvelable, se place dans le cadre de la transition énergétique et va dans le sens d’une réduction des émissions de CO2. Le développement des infrastructures peut donc être présenté comme favorable à l’environnement. D’un autre côté, il a un coût environnemental, un impact sur les paysages, un coût local fort. L’argumentaire opposé apparaît : il faut moins de réseau et plus de petites communautés locales. L’environnement est  le premier point de contestation à la construction d’une ligne.

 

– Existe-t-il un plan de l’UE en cas de catastrophe qui distinguerait les zones selon leur approvisionnement énergétique et privilégierait certains espaces au détriment d’autres ? (Pierre Gautreau)

Ces questions ne sont pas gérées à l’échelle européenne. Le réseau est contrôlé de façon encore très nationale. Les plans d’urgence existent à l’échelle nationale, mais il n’y a pas de gestion de la sécurité des réseaux à l’échelle européenne, il n’y en a pas non plus à l’échelle américaine (ceci pose d’ailleurs problème aux Etats-Unis : il y a des problèmes de sécurité nationale, des attentats contre les réseaux, mais aucun responsable de la sécurité physique des réseaux).

Avec le développement des énergies renouvelables, la question de l’intermittence prend de plus en plus d’importance, ainsi que celle de la gestion du réseau.

Il existe une culture très ingénieur des réseaux, qui ne possède pas forcément une vision politique et sécuritaire très développée. Les acteurs peuvent être un peu démunis par rapport à ces thèmes à aborder.

 

– N’y a-t-il pas une contradiction entre le fait d’un côté de militer pour la réduction/maîtrise de la consommation et de l’autre développer de nouvelles ressources (gaz de schiste…) ? (Emilie Lavie)

 

Les deux logiques coexistent effectivement. Il y a une contradiction dans les discours et pas de baisse de la production. On cherche à développer une logique d’efficacité énergétique.

Il y a parfois des problèmes de communication : les factures sont semestrielles, les consommateurs peu informés sur les tarifs. Pour améliorer la situation, des projets de mise en place de compteurs intelligents émergent.

 

– Une remarque sur le lien entre réseaux techniques et sociaux : les rentes (Géraud Magrin)

On oppose souvent réseaux techniques, rigides, et réseaux sociaux. Mais il y a quelque chose qui fait le lien entre les deux : ce sont les rentes, les flux financiers associés à la production des ressources énergétiques. Il y a un lien entre ressources énergétiques et réseaux de pouvoir qui aurait pu être développé.

Le pouvoir, comme le dit Raffestin, n’existe pas, il s’exerce, il est un peu comme l’électricité, finalement.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *