Compte-rendu du séminaire du 3 avril 2014

Ordre du jour :

– présentation / discussion sur le thème « Réseaux énergétiques, ressources et pouvoir », introduit par Sophie Hou, Annaig Oiry et Angélique Palle ; voir billet « Réseaux énergétiques, ressources et pouvoir »

– présentation / discussion sur la notion de ressource telle qu’abordée dans l’ouvrage « Ressources globalisées » (à paraître), introduite par Marie Redon et Géraud Magrin

– échanges sur les projets (information, répartition des rôles).

 

La notion de ressource abordée dans l’ouvrage collectif Ressources globalisées, Essais de géographie politique

Géraud Magrin et Marie Redon

Présentation powerpoint disponible ici.

 

Le projet est né depuis mars 2010, à partir du sous-thème du thème 3 du laboratoire PRODIG, « Les ressources des territoires entre local et global ». Le point de départ a été une discussion autour de l’ouvrage de Claude Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, qui aborde la notion de ressource. Il s’agissait de partir de cette réflexion tout en soulignant ses limites et en cherchant à la dépasser.

 

Le rôle du contexte dans la réflexion sur les ressources

– Le moment où Claude Raffestin écrit son livre n’est pas anodin. Les années 1970 sont celles du rapport du Club de Rome qui met l’accent sur la consommation croissante des ressources et leur finitude dans un contexte d’accroissement démographique.

– Puis le contexte change. Le pic de production pétrolier n’est pas atteint mais repoussé progressivement avec les nouvelles découvertes et les avancées technologiques. La question des ressources devient moins cruciale et on peut alors s’interroger sur son caractère obsolète.

– La question des ressources revient ensuite sur la scène. L’inquiétude autour des ressources ressurgit avec la croissance démographique et le changement climatique. On se trouve de nouveau dans une période d’incertitude forte. La question de la redistribution des ressources se pose.

 

Etat de l’art sur la manière dont ressources sont abordées en sciences sociales

– L’une des entrées pour étudier les ressources est celle de la « malédiction des ressources naturelles » (en économie, sciences politiques, géographie). Les problèmes liés à l’exploitation et à la rente des ressources émergent en particulier dans les Suds, où les institutions sont fragiles.

– Les ressources sont au cœur de problèmes économiques et politiques et peuvent susciter des conflits.

– D’autres lectures sont possibles, comme celle de l’école de Toronto, qui met en relation les conflits avec les pénuries et dont les membres contestent l’idée de malédiction des ressources naturelles. Le discours de la malédiction est pour eux une approche au service de certains intérêts, elle permet de justifier un statu quo les pays exploitants et exploités sans remettre en cause l’asymétrie des rapports de force puisque les problèmes de redistribution de la rente sont attribués aux failles des pays producteurs.

– Une autre approche consiste à s’intéresser au potentiel de bifurcation dans les trajectoires politiques et économiques.

– Les anthropologues s’intéressent aux arènes de pouvoir autour des ressources.

– On peut également faire une approche en termes de rapports de pouvoir, autour des notions de dépendance, d’interdépendance. Ceci correspond à la géopolitique classique.

 

Le positionnement choisi

– L’approche choisie est celle de la géographie politique.

– Les ressources sollicitent les interactions entre niveau local et global.

– Il ne s’agit ni de s’intéresser à la gouvernance des biens communs (ressources locales, Elinor Ostrom), ni de développer une réflexion sur les ressources territoriales (Bernard Pecqueur, Hervé Gumuchian…), qui reviennent sur la force des liens sociaux, en lien avec les institutions, les savoir-faire…

– Les ressources sont ici appréhendées comme des constrruits sociaux à travers l’approche de Claude Raffestin. Le pouvoir circule dans toute relation. On s’intéresse au triangle ressource/relation/pouvoir.

– L’accent est mis sur les formes spatiales et territoriales.

– Une réflexion est développée à partir de la typologie des acteurs effectuée par Claude Raffestin. Actuellement, on observe une complexification des relations et interactions entre les acteurs. Les logiques spatiales de ces acteurs sont hétérogènes, certains fonctionnent sous le mode du réseau. Il s’agit de se pencher sur l’articulation entre logiques réticulaires et logiques spatiales, qui peuvent être complémentaires ou contradictoires selon les cas.

– Il s’agit également de faire une géographie critique de l’environnement. L’idée était de faire une tentative pour dépasser l’opposition ressources renouvelables/non renouvelables. Ainsi, l’eau, auparavant considérée comme une ressource renouvelable, n’apparaît plus aussi renouvelable qu’on le pensait. A l’inverse, des ressources longtemps considérées comme non renouvelables semblent beaucoup moins finies qu’on le pensait avec les nouvelles découvertes et les possibilités de recyclage.

– La ressource est considérée comme un construit social. On s’intéresse aux « matières premières » de Raffestin, mais aussi aux « matières secondaires » qui suscitent des flux financiers.

– Les réflexions cherchent à inclure l’apport de la Political Ecology, une approche anglo-saxonne qui se penche sur les rapports de pouvoir qui se créent autour de la question environnementale. Le discours sur l’environnement devient un objet d’étude, l’information sur l’environnement est utilisée à des fins de pouvoir. L’environnement sert de prétexte à des questions politiques. Il s’agit de se demander pourquoi on a intérêt à construire certaines alarmes environnementales, à tenir certains discours ? Quels sont les intérêts en termes de pouvoir ?

 

Autour des ressources

– Différents angles d’approche existent dans l’ouvrage. Il est question de l’exploitation, la préservation, la régulation.

– Différents types de ressources sont étudiés : l’eau, les hydrocarbures, l’énergie, l’or, les terres agricoles, le patrimoine « naturel », l’aide humanitaire. Ces ressources correspondent à un niveau de construction plus ou moins élaboré.

Il faudrait peut-être travailler afin d’établir une catégorisation plus fine de ces ressources.

 

Bilan : Retour d’évaluation des Publications de la Sorbonne

– L’ensemble des textes a été déposé aux Publications de la Sorbonne et a été examiné par deux évaluateurs qui ont rendu un jugement positif tout en demandant certaines modifications.

– Le point qui demande à être retravaillé est la question de l’aide humanitaire, abordée dans le texte d’Emmanuel Chauvin. Il s’agit surtout de mieux intégrer l’aide humanitaire dans les ressources. Ceci pourra être fait en précisant la définition de ressource.

L’aide humanitaire représente un cas un peu particulier par rapport aux ressources évoquées dans les autres textes de l’ouvrage, même s’il y a un texte sur la ressource que constitue le patrimoine « naturel » (texte de Marie Redon qui étudie la patrimonialisation du volcan de la Soufrière en Guadeloupe). Ce qui fait sa particularité est aussi que la ressource que représente l’aide humanitaire à destination aux réfugiés existe dans un contexte de crise. Cependant, la réflexion s’insère dans le prolongement de celle de l’ensemble de l’ouvrage.

– Les textes doivent être modifiés et rendus pour début mai.

 

Présentation de projets par Géraud Magrin

Projet fédérateur ReMinER

Il s’agit d’un projet porté par des géologues et des économistes. Il porte sur les implications de la transition énergétique et la formation de différents scénarios. Quels sont les besoins additionnels de ressources naturelles pour faire face aux divers scénarios ? Quels sont les besoins en énergies traditionnelle et en ressources minérales ?

Dans le projet initial, il n’y a pas de dimension géographique manquante. C’est dans ce domaine que PRODIG pourrait participer.

Il s’agit d’effectuer une analyse par blocs continentaux des implications potentielles, géopolitiques et sociopolitiques des scénarios, donc d’un travail à forte dimension bibliographique.

Christine Raimond évoque la question des risques : les risques sont-ils pris en compte dans les scénarios ? Dans le cas contraire, il pourrait être intéressant d’y réfléchir.

 

Projet NextAfrique

Projet sur la mutation des mondes africains.

 

Projet Pepites (Research project on the implications of extraction on regions, the environment, the economy and societies)

Le nom serait à modifier (déjà pris).

Le projet porte sur l’Afrique et les implications des activités extractives sur territoires et sociétés. Les terrains seraient plutôt en Afrique de l’Ouest afin de conserver une cohérence au projet.

 

Prochaine réunion : au début du mois de juillet (date provisoire : 7 juillet, à confirmer).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *